Le syndrome de Peter Pan chez l’homme

Le syndrome de Peter Pan est un trouble psychologique, mais il est non classé dans les troubles pathologiques. Il n’est donc pas considéré comme une maladie mentale, bien que les symptômes soient d’ordre psychique. Ce sont surtout les hommes qui sont affectés et il se manifeste par la peur de devenir adulte.

Les causes peuvent survenir de l’enfance et/ou de l’adolescence de la personne affectée. Si elle prend conscience de son mal-être, elle peut en guérir d’elle-même ou faire appel à un praticien. Un traitement est nécessaire, car le trouble a des répercussions sur sa vie professionnelle, sociale, amoureuse et sexuelle.

Petite leçon de psychologie sur le syndrome de Peter Pan

Peter Pan, qui d’entre vous ignore la fameuse histoire du garçon qui avait peur de grandir ? Le syndrome de Peter Pan vient justement de là. Dans la vraie vie, nul besoin de passer une étoile pour arriver dans le pays imaginaire. Pour les hommes atteints du syndrome, il se trouve dans leur tête. C’est pourquoi il est dit d’ordre psychologique. Contrairement aux enfants perdus, ils grandissent, mais restent jeunes dans leur tête.

Rester jeune dans sa tête : certains hommes sont restés des enfants, d’autres des jeunes hommes. En gros, si vous cachez le côté psychologique, vous pouvez seulement les traiter d’immatures. Pourtant, il peut être plus profond et renfermer un mal-être. Tout comme Peter Pan, l’homme affecté angoisse à l’idée de devenir un adulte responsable. Néanmoins, il n’est pas classé parmi les maladies mentales, puisqu’il n’a pas été reconnu scientifiquement par le corps médical.

D’après les études faites par les psychanalystes, il survient au début de l’âge adulte lorsque l’homme commence à acquérir des responsabilités. Ce sont surtout des personnes provenant d’une famille aisée qui sont les plus touchées. Les hommes sont les plus touchés par rapport aux femmes.

Quels sont les symptômes ?

Un homme qui présente le syndrome de Peter Pan est facile à reconnaître. Les symptômes sont les mêmes pour tout le monde, il est :

  • Narcissique : il demande beaucoup d’attention et d’admiration. Il fait rarement preuve d’empathie. Pour lui, seuls deux types de personnes existent : le gagnant et le perdant. Il peut également être rancunier et se fâcher en cas de désapprobation.
  • Irresponsable : la responsabilité lui fait peur, il préfère alors se refermer sur lui-même. Il fuit les engagements et cela peut concerner un engagement professionnel.
  • Insociable : il est incapable de vivre en société et d’avoir une relation aimable (amoureuse ou amicale).
  • Dépressif : la dépression est caractérisée par les symptômes suivants : dévalorisation de soi, culpabilité, déconcentration, idées noires, inattention, baisse de la mémoire, ralentissement d’activités, insomnie ou hypersomnie, trouble de l’appétit, pessimisme, trouble sexuel, impression d’abandon, de solitude, et d’inutilité.
  • En manque de confiance en soi : comme il se dévalorise et perd logiquement sa confiance en soi. Son côté dépendant peut aussi avoir un lien avec ce manque de confiance en soi.
  • Un acheteur compulsif : c’est une sorte de mécanisme de défense et d’adaptation pour lutter contre son anxiété et son stress. Son côté irresponsable le pousse également à le faire sans savoir gérer l’argent et les dépenses.
Article recommandé:  Recherche de l'âme sœur : maitriser son temps et ses actions

À part ces symptômes précités, il existe également d’autres symptômes psychologiques :

  • Ajournement : il remet les tâches qui lui sont attribuées à un autre jour.
  • Paralysie émotionnelle : il a du mal à exprimer ses émotions et ses sentiments à son entourage. Lorsqu’il s’exprime, cela peut aller à l’excès : très triste, très content, très en colère. Parfois, il cache son émotion derrière des blagues infantiles qu’il fait aux autres.
  • Difficulté sociale : il a du mal à se faire des amis. Il ressent un grand besoin d’appartenir à un groupe à cause de sa sensation de solitude et la peur de rester seul.
  • Pensée irrationnelle ou magique : il s’agit d’une mentalité primitive en lien avec la superstition et la subconscience. Il nie souvent ses fautes : il pense que si quelque chose cloche, cela est la faute des autres, même si cela vient bel et bien de lui.
  • Problème avec les liens parentaux : avec sa mère, il a du mal à s’exprimer sans la colère et la violence. Plus âgé, il peut culpabiliser e s’être mal comporté avec elle.
  • Problème de sexualité : l’infantilisme et l’immaturité peuvent affecter la sexualité de l’homme. Il se cache alors derrière son masque d’homme sans cœur, macho et cruel. La plupart des hommes atteints du syndrome de Peter Pan perdent leur virginité vers l’âge de 20 ans environ. Cela peut les embarrasser et les pousser à inventer des mensonges.

Les potentielles causes du syndrome de Peter Pan

Ce syndrome peut prendre racine dans l’enfance de l’homme. Il peut avoir vécu une absence paternelle, parce que son père est parti ou dévalorisé. De ce fait, l’enfant devient un appui pour sa mère qui est responsable de tout. Il a alors du mal à se situer dans son rôle d’enfant, parce qu’il endosse déjà des responsabilités d’adultes. Il fait vivre son intellect et fait taire ses émotions. C’est pourquoi elles restent bloquées en enfance, ce qui explique le fait que l’homme soit impulsif et puéril.

Article recommandé:  Séduire lorsqu'on n’a pas un physique attirant

Vice versa, si c’est la mère qui est absente, le père peut également s’appuyer sur son enfant. Les conséquences sont alors les mêmes, puisqu’il se retrouve aussi à avoir des responsabilités.

À part la prise soudaine de responsabilité, la surprotection pendant l’enfance peut également causer le syndrome de Peter Pan. En surprotégeant leur enfant, les parents le mènent inconsciemment dans sa perte. En effet, il se retrouve sans arme dans le monde cruel des adultes, puisqu’il a l’habitude de vivre dans un monde sans faille.

Les « adulescents », en avez-vous entendu parler ? Outre le problème d’enfance et d’éducation, le syndrome de Peter Pan peut aussi être causé par des facteurs externes. Cela peut être économique ou sociologique. Dans le monde d’aujourd’hui, les jeunes sont forcés de vivre une adolescence tardive. Presque la moitié des jeunes actuels vivent encore chez leurs parents entre l’âge de 18 et 29 ans.

La société moderne éduque une génération dans l’immaturité, le doute, le cynisme, la peur, l’impuissance et l’infantilisme. Ce qui explique les personnalités superficielles, insignifiantes, plastiques et sympathiques. Le plus triste, c’est le fait que les jeunes de ce monde sont sans limites.

Les traitements du syndrome

Il est assez difficile de traiter le syndrome de Peter Pan, car la personne affectée dénie souvent son état et son mal-être. Il est alors important que l’homme prenne conscience des symptômes pour qu’il puisse accepter de les traiter. Certaines personnes arrivent à changer d’elles-mêmes grâce à la prise de conscience.

Pour d’autres, il est nécessaire de consulter un praticien thérapeute pour l’aider et le guider. Si la personne accepte, il est préférable de voir un psy, car il est capable d’aller à la racine de son mal-être. En déterminant les causes, il est plus facile d’entamer la thérapie et de le guérir.

Article recommandé:  Comment mettre à l’aise une femme?

Les conséquences du syndrome dans la vie de couple

Il est normal que le comportement de l’homme atteint du syndrome de Peter Pan impacte sur le couple. Il peut également avoir de mauvaises répercussions sur sa vie sociale et professionnelle. Comme il est incapable de quitter le nid familial, sa compagne ou sa conjointe doit également s’y incruster. Pourtant, vous devez savoir qu’avec la belle famille, la relation est souvent compliquée.

C’est pour cette raison que l’homme a du mal à maintenir une relation amoureuse. Il est encore dépendant des parents, alors que sa femme recherche une relation stable avec deux personnes stables et responsables à la tête. Oui, une relation s’entretient à deux, si l’un est trop immature, il est normal que ce soit l’autre qui endosse toutes les responsabilités. Si elle n’est pas assez forte d’esprit, elle finit par lâcher prise et le quitter, malgré son amour pour lui.

Comment gérer un homme qui a le syndrome de Peter Pan ?

Une femme peut s’attendrir devant l’esprit insouciant et enthousiaste d’un homme. À la longue, elle finit quand même par s’en lasser. Pour gérer ce genre d’homme, il faut tout d’abord comprendre pourquoi il est ainsi. Il faut aussi lui faire comprendre que vous êtes là pour le soutenir dans ses angoisses.

Pensez aux bons côtés des choses : rester jeune dans la tête est quand même avantageux. Il faut seulement que vous établissiez une limite, il ne faut pas non plus le laisser traîner toute la journée dans la maison.

Le plus important, il faut l’inciter petit à petit à aller consulter. Il faut essayer de lui faire comprendre que son comportement est anormal. Jouez un peu les psys en lui demandant de vous raconter son enfance. Vous pouvez ainsi l’aider s’il décide un jour de vous appeler pour l’assister à une séance thérapeutique.

Lorsqu’il fait des efforts, il faut continuer à l’encourager et il faut aussi avoir de la patience. Un mal-être peut tarder à guérir s’il est vraiment profond.

Laisser un commentaire

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.